Système nerveux

Le système nerveux est composé d’un système nerveux « somatique » (en charge des perceptions sensorielles et des réponses musculaires qui y sont associées) et d’un système nerveux « neuro-végétatif ». Ce dernier est dit « autonome » c’est-à-dire qu’il régule nos fonctions vitales (pression artérielle, rythme cardiaque, sécrétions hormonales,…) en dehors de notre volonté. Il se divise lui même en un système sympathique et un système parasympathique :

– Système sympathique: il nous tient en éveil, en action
– Système parasympathique: il nous permet de digérer et de nous reposer lors d’une phase de sommeil, méditation,…

La balance entre ces deux systèmes est très importante pour le bon fonctionnement de notre corps. Or aujourd’hui, nous vivons avec un stress quasi permanent et un besoin de “faire tout de suite” qui font que nous n’arrivons plus à passer en parasympathique ou que partiellement. Nous sommes donc en « hyper vigilance » ce qui entraîne de la fatigue bien sur mais aussi l’apparition de certains désagréments comme l’insomnie ou des pathologies liées à un manque chronique de sommeil.

Sommeil

Cycles et stades du sommeil

La nuit, le sommeil s’organise sous forme de plusieurs cycles qui s’enchainent les uns après les autres. On compte en moyenne 4 à 5 cycles par nuit. La durée moyenne d’un cycle est une valeur propre à chaque individu et elle peut varier de 60 à 120 min (moyenne de 90min).

Chaque cycle de sommeil est composé de 5 stades :

* Stades 1 et 2 correspondant au « sommeil léger » : c’est le début du sommeil où la moindre perturbation nous réveille (stade 1) puis le tonus musculaire devient plus faible et c’est le début du sommeil « vrai » (stade 2).

* Stades  3 et 4 correspondant au « sommeil profond » : c’est durant ces stades que la « régénération » du corps a lieu.

* Stade 5 correspondant au « sommeil paradoxal » : il est le siège des rêves.
Le sommeil paradoxal est très important car il permet :

– Le traitement des informations accumulées au cours de la journée
– Le processus de mémorisation
– Le maintien de notre équilibre émotionnel
– Le maintien de nos fonctions mentales et cérébrales

Sommeil

Dette de sommeil

Pourquoi manquons-nous de sommeil ?

Il faut savoir que nous ne sommes pas égaux face au sommeil et que nos besoins sont différents en fonction de notre mode de vie, notre âge, notre sexe,…
De plus, il existe des « petits » et des « gros » dormeurs c’est-à-dire des personnes pour qui 4/5h de sommeil suffisent amplement et d’autres pour lesquelles 8h de sommeil sont un minimum pour réussir à se lever le matin. Le non respect de ses besoins personnels et d’ores et déjà une cause de dette de sommeil.

Notre mode de vie est également en cause lorsque l’on parle de manque de sommeil car notre alimentation globalement trop riche et nos vies à 100 à l’heure ne nous laissent que peu de temps pour se poser, se détendre et pratiquer ce qui devrait être obligatoire : la sieste !
En effet, la sieste est physiologique et son besoin se fait sentir à certains moments clés de la journée : vers 10/11h, après le repas du midi et vers 16/17h. À ces instants précis, elle devient “nécessaire” pour palier à un moment naturel de baisse de vigilance de la part de notre corps.

Notre environnement est également la source de bien des difficultés pour s’endormir :

– La lumière artificielle des éclairages intérieurs/extérieurs et la lumière bleue des écrans sont des leurres pour notre cerveau pour qui normalement : nuit= sommeil
– Les “pollutions” multiples de la chambre : ronflements, lumière, odeurs, température trop élevée (>19°C) sont des éléments qui perturbent voire empêchent parfois le sommeil

Sommeil

Effets du manque de sommeil

Un sommeil insuffisant entraîne notament:

– Une diminution de la production de « leptine » (hormone de la satiété)
– Une augmentation de la production de « ghréline » (hormone qui stimule l’appétit et le désir d’aliments gras et sucrés)

N.B: Ces deux premiers points expliquent la prise de poids pouvant apparaître chez les personnes en manque de sommeil chronique.

– Une modification de l’humeur et de l’énergie générale
– Une perturbation des sécrétions hormonales et du fonctionnement général du corps

Sommeil

Conseils pour améliorer son sommeil 

  1. Faire un repas léger le soir au minimum 1h avant le coucher pour laisser un temps de digestion avant de s’allonger
  2. Éviter la prise de produits excitants le soir (alcool, café, thé,…)
  3. Privilégier un environnement calme, sans odeur, sans pollution lumineuse et avec une température pas trop élevée (16-19°C)
  4. Diminuer  l’intensité lumineuse le soir et préférer la lecture, la méditation,…plutôt que de rester devant des écrans
  5.  Respecter son horloge biologique et s’écouter au maximum malgré le rythme de vie à suivre
  6. Pratiquer dans la journée une ou des siestes de 15 à 20 min maximums (au-delà, on entame un cycle complet de sommeil et au réveil, on sera fatigué pour le reste de la journée)

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *